Jaune au bleu dégradé
  • Appel à manifestation

Évacuation des 1200 sans abri du campement parc André Citroën : Un piège d’État

Nous associations, syndicats, organisations, collectifs signataires, dénonçons les conditions d’évacuation du campement de 1200 personnes sans abri installées dans le parc André Citroën du 1er au 4 septembre.

Cette évacuation a été menée en présence du préfet de Police de Paris et du Préfet de région Ile de France.


Au fil des jours, les informations recueillies par les associations ont révélé l’exécution d’un véritable piège d’État :

Samedi 4 septembre, 670 personnes sans abri, sont montées dans des bus en toute confiance et ont été conduites dans différentes villes en région, sans leur accord et souvent contre leur gré, en tout cas sans en avoir été informé. Les donneurs d’ordre se sont gardés d’informer les associations de leur dessein.


A l’arrivée des bus, le piège planifié s’est refermé : la police les attendait, pour contrôler les identités, fouiller les sacs, et surtout arrêter les personnes sans papier, pour leur délivrer des convocations, des OQTF*...

Plus d'une dizaine de personnes ont été enfermées dans des camps de rétention (CRA)**.


Beaucoup sont revenues en région parisienne depuis samedi soir, à leurs frais malgré leur pauvreté, afin de ne pas perdre leur emploi et/ou maintenir la scolarité de leurs enfants. Elles sont de retour dans les rues.


Nous dénonçons cette vaste opération de basse police contre des personnes sans abri qui font valoir leur droit inconditionnel à un hébergement jusqu’au relogement.


Or l’État en Ile-de-France dispose des moyens pour héberger plutôt que d’éloigner. Des locaux publics sont vacants ainsi que 400 000 logements selon l’INSEE, mais il préfère satisfaire les injonctions de l’extrême droite, proférés lors de l’occupation de la place des Vosges, décourager les sans abris de faire valoir leurs droits et faire la chasse aux sans-papiers.


Nous exigeons :

  • La libération immédiate des personnes retenues en CRA ;

  • Une enquête publique sur cette opération de police, (mise en place, effets, auteurs) ;

  • Le respect du droit à l’hébergement jusqu’au relogement de toutes les personnes sans abri, notamment des 1204 personnes du parc André Citroën, conformément à la loi ;

  • La régularisation de toutes les personnes sans-papiers et un premier accueil pour les personnes exilées ;

  • La mise en œuvre de politiques publiques pour satisfaire le droit à un logement décent, stable, abordable, pour tou·te·s, (réquisition, DALO, arrêt des expulsions, baisse des loyers, HLM ...) ;

  • Le respect des droits fondamentaux.


Rendez-vous vendredi 10 septembre à 15h, Place du Trocadéro, jusqu'à la Préfecture de région où se tiendra un rassemblement à 17h.


Communiqué du collectif : https://www.collectifrequisitions.fr/.../1200-personnes...


Signataires : Collectif Réquisitions : CSP 75, DAL, Paris d’Exil, Solidarité Migrants Wilson, Utopia 56


le CEDETIM ; le CNR (Collectif pour une nation refuge) ; le collectif Collage_feministe_stains ; le COPAF ; la Coordination nationale Pas sans Nous ; le DAL Rouen 76 ; Fondation Frantz Fanon ; ENSEMBLE! ; les Midis du MIE ; le collectif Schaeffer ; Stop Précarité ; l’association Tendre la main ; l'UJFP (Union Juive Française pour la Paix) ; Watizat


Alain Gourmanel ; Amaia Cabranes ; Amel Delimi, avocate ; Didier Epsztajn, animateur du blog « entre les lignes entre les mots" ; Eugénie Kuffler, musicienne ; Frédéric Delarue, docteur en histoire ; Marie-Odile Perret ; Odile Hélier ; Sylvie Deplus Ponsin, vice présidente de la section LDH 75018 Voir moins


Pour signer l'appel : requisitions@protonmail.com


*Obligation de quitter le territoire français

**CRA : centre de rétention administrative